vendredi 12 février 2016

L'ancien musée du parfum : la Maison Fragonard (1)

Bonjour, j'espère que vous avez passé une bonne semaine. Aujourd'hui, je vous propose de me suivre à la Maison Fragonard  pour y découvrir la belle histoire du Parfum.


Je vous conseille de visiter les 2 musées Fragonard l'ancien et le nouveau situés dans le quartier de l'Opéra Garnier. L'ancien se situe dans un bel hôtel particulier de style Napoléon III et je vais commencer par vous présenter celui-ci. 


L'hôtel a été très bien conservé (il date de 1860),  il reste à l'intérieur de très belles pièces d'époque ainsi qu'une ancien alambic pour la distillation des vapeurs de parfum.

Paire de pots pourris en porcelaine époque Louis XVI
détail

Alambic

La visite est également ludique. Dans la pièce ci-dessous il y a une petite activité permettant de découvrir certaines odeurs - en sommes savoir si l'on a " du nez" - en sentant simplement des petits pots de crèmes pour ensuite les placer sous les images adéquates fraise, réglisse, passion, cannelle...



Il y a également en présentation la jolie collection de flacons de parfum que la famille "Fragonard" collectionne depuis des années, ainsi que des petits objets constituant le nécessaire de toilette de l'époque. Désolée pour la piètre qualité des photos mais les flacons sont placés dans des vitrines ce qui ne facilite pas la prise de photo.



Boîtes à poudre

Boîtes à poudre en carton et nécessaires de toilette (1920)



Il y a également d'autres objets qui sont présentés et qui sont soit des outils pour fabriquer des produits d'hygiène, tel que le savon, ou encore du maquillage comme les moules à rouge à lèvres.


Moules à savon en cuivre




Et voici mon coup de cœur de la visite pour  les magnifiques étiquettes anciennes.


Vous remarquerez que déjà à l'époque pour vanter la qualité d'un produit la marque faisait appel aux célébrités du moment comme le montre cette étiquette avec la grande Sarah Bernhardt, actrice française du XXè siècle

Je trouve que ces étiquettes mettaient vraiment en valeur les savons, parfums ou autres poudre de riz. Elles sont brillantes et bien dessinées ce qui me fait regretter de ne pas avoir encore aujourd'hui de telles vignettes sur mes produits de beauté ;( En plus elles sont parfaitement conservées ce qui donne de jolies photos.





Clou de la visite: le joli orgue à parfum. Il s'agit d'un meuble à trois côtés qui regroupent de nombreux flacons de senteurs ainsi qu'une balance de précision. C'est le bureau de travail du "nez". Il y crée des notes de parfum en associant ces différents produits jusqu'à composer le parfum final.


J'espère que cette première visite vous a plu. Si vous souhaitez y faire un tour sachez que bien qu'il s'agisse d'un musée privé la visite est gratuite. Je reviens très vite vous présenter la seconde partie de mon article sur le Nouveau Musée du parfum.

Bon week end
Kiss

---
Le Musée du Parfum, Maison Fragonard (site)
9 rue Scribe
75009 Paris

samedi 6 février 2016

Shopping Beauté

Hello, comment allez-vous? J'espère que votre semaine s'est bien passée. Pour ma part j'ai fait quelques balades sur Paris et j'en ai profité pour faire quelques achats. D'ailleurs, en parlant de shopping je vous propose aujourd'hui un billet beauté car dernièrement je me suis achetée quelques produits. Je les utilise depuis début janvier et j'en suis très contente. Les voici.

- Tout d'abord ma nouvelle eau micellaire de chez URIAGE.



Depuis que j'ai testé (et approuvé !!) cette marque pour la protection solaire j'ai eu envie de découvrir d'autres produits de la marque. J'ai donc choisi cette eau thermale qui me convient bien pour le moment pour me démaquiller et nettoyer mon visage. Je dis "pour le moment" car actuellement je ne sors pas trop, je porte donc un maquillage léger. A voir sur un maquillage de soirée. 

- Suite à un échantillon que mon institut de beauté m'a offert, je me suis achetée une nouvelle crème de jour : la crème contrôle Sebo-Regulator de chez Body Minute.



Il s'agit d'une crème pour les femmes évoluant dans un cadre urbain  (ah campagne chérie...) et ayant une peau à tendance grasse. Pour ma part, je suis un peu embêtée car j'ai plutôt la peau mixte à savoir normale voire sèche sur les joues mais grasse sur la zone T. Et bien je trouve cette crème comme étant un bon compromis. Elle détoxifie ma peau et régule ma zone T qui ne brille plus. "Petit plus" appréciable: la crème est fluide et pénètre rapidement. Je peux ensuite mettre mon fond de teint qui s'applique parfaitement. 

- Un nouveau produit arrivé dans ma salle de bain que je n'ai pas acheté mais qui m'a été offert à Noel par ma douce amie AS : Nuage de mousse de chez A La Claire Fontaine


Il s'agit d'une marque que je ne connaissais pas mais que mon amie m'a fait découvrir (j'ai également le lait pour le corps mais pas encore testé).  Il s'agit d'un soin qui démaquille et nettoie naturellement la peau. Il est très facile d'application car une seule pression de la pompe suffit pour avoir la bonne dose à appliquer sur le visage humide. Au contact de l'eau le gel se transforme en une mousse nettoyante. Apparemment le flacon est rechargeable (Très Bien pour la Planète). Je ne l'utilise pas tous les jours donc je ne peux pas vous dire si une utilisation au quotidien peut tirailler la peau. Toujours est il que je l'utilise quand je porte du maquillage de soirée et il est très efficace sans être agressif pour la peau.

- Mon nouveau parfum Brit Sheer de chez Burberry qui vient compléter mes flagrances pour cet hiver.



Il s'agit d'un parfum rafraîchissant aux notes sucrées qui convient plutôt à la saison estivale! Mais moi j'aime bien porter en hiver des notes de litchi et de pêche qui vont m'aider  à supporter l'hiver et à me faire sagement patienter jusqu'au Printemps ! 

-Enfin mon rouge à lèvres Dior 881 au nom prometteur Fashion night. Je l'adore surtout pour sa brillance.



Je vous souhaite un bon week end

mercredi 3 février 2016

Déjeuner d'anniversaire à La Pâtisserie des Rêves

Bonjour, j'espère que votre début de semaine se passe bien. Aujourd'hui je vous propose un article gourmand sur la pâtisserie des rêves, la très délicieuse adresse de Philippe Conticini.


J'y ai convié mon amie AS à l'occasion de son anniversaire. Je trouve que le lieu est parfait pour fêter un anniversaire dans une ambiance sucrée et girly :)

Situé dans le BHV Marais de Rivoli, le cadre est très rose avec des touches de jaune. Tout est fait pour nous donner l'impression de retourner en enfance au milieu d'une boutique de bonbons! Le lieu est vraiment agréable car l'on se situe dans une rotonde entièrement vitrée avec une vue magnifique sur Paris et son hôtel de ville.




Donc comme je l'ai dit précédemment il s'agissait non pas d'un goûter mais d'un déjeuner d'anniversaire. En effet, l'originalité du lieu se trouve dans l'offre salée que propose pour la première fois cette pâtisserie. Selon ce nouveau concept Philippe Conticini invite régulièrement des amis cuisiniers à proposer dans sa carte une recette salée liée à un souvenir de son enfance.

Voici les "souvenirs" qui nous ont tenté :

- Pour moi "Le croque chaud" de Michael Greenworld,


C'était vraiment délicieux et copieux comme vous pouvez le voir! Le pain de campagne frais, accompagné d'une salade verte à la ciboulette, était surmonté de potimarron, champignons roses et surtout de lard blanc le fameux "lardo di colonnata" qui soit disant est le meilleur lard du monde. J'ai pu donner une de mes quatre tartines à mon amie pour qu'elle puisse y goûter!! 

Pour ma cop's "Les gnocchis à la truffe" de Guillaume Hutteau,


J'étais moi aussi très tentée par cette assiette. Mon amie m'a fait goûter cette merveille et c'était un délice! Une raison pour moi d'y retourner et de choisir cette assiette avant que la nouvelle carte printanière n'apparaisse.

Pour accompagner nos plats nous avons choisi les cocktails de fruits frais du jour.


Et en dessert un baba au rhum pour moi et le grand cru vanille pour mon amie.



Le tout accompagné d'un délicieux chocolat chaud ;))



Non seulement le tout était délicieux mais en plus la présentation des plats dans de la jolie vaisselle rose était très mimi :) Un coup de cœur pour le service à chocolat en vente dans la boutique....que je n'ai pas acheté à regret en imaginant la tête de monsieur le Chéri en me voyant revenir avec un service blanc et rose. Vivre avec un homme ...................

Kiss 


---
La Pâtisserie des rêves & friends
52 rue de Rivoli
75004 Paris
Réservation conseillée.

samedi 30 janvier 2016

Shopping chez Secret de commode : petites nouveautés arrivées chez moi #8

Bonjour, comment allez vous? Je vous souhaite un très bon we malgré toute cette pluie et le vent qui souffle!

Petit billet pour vous montrer deux nouveautés arrivées dans mon dressing. Deux nouvelles pièces particulières car il s'agit d'articles achetés sur un site de vide dressing spécialisé dans les marques de luxe : secret de commode
Ces articles sont donc de seconde main mais ils ont fait l'objet d'une sélection très sélective: le site n'accepte que des marques de luxe ou de semi luxe qui ont l'air neuves (ni contrefaçon ni tache ni trou). Ce qui est très intéressant c'est qu'il y a des modèles assez récents ( ce n'est pas du tout un site vintage!!)

Mon premier achat a été une jolie paire d'escarpins Burberry (88E au lieu de 450E en boutique). J'ai vraiment été enchantée de mon choix. Produit conforme à la photo, non abîmé et le tartan écossais Burberry non tâché. Le petit plus est que les chaussures étaient vendues avec le sac de rangement en feutrine de la marque pour les protéger de la poussière. 




Pour ne rien gâcher l'emballage était soigné (joli papier rose à l'intérieur du carton) et envoi rapide et suivi. J'ai reçu plusieurs mails de Secret de commode m'indiquant les étapes de traitement de ma commande.

Aussi, lorsque j'ai vu que Secret de commode faisait également des soldes alors que leurs prix étaient déjà bas pour des produits de luxe je n'ai pas résisté à y faire un tour et faire un second achat !! Cette fois-ci je me suis achetée une jolie jupe portefeuille au motif pied-de-poule de chez Tommy Hilfiger (9E au lieu de 189E)




Je pense qu'il s'agit d'une site vraiment génial pour acquérir de jolies pièces de marque. Je vous le conseille.

Kiss

lundi 18 janvier 2016

Exposition au Grand Palais : Elisabeth Louise Vigée Le Brun

Bonjour, comment allez vous? 

Aujourd'hui je vous propose de me suivre à une magnifique exposition parisienne que j'ai faite fin décembre au Grand Palais sur Madame Elisabeth Louise Vigée Le Brun, la célèbre portraitiste de Marie Antoinette.

L'artiste exécutant un portrait de la reine Marie Antoinette (1790)

Elisabeth Louise Vigée Le Brun est l'un de mes peintres préférés (avec Gustave Klimt), je ne pouvais donc louper cette très belle rétrospective qui n'avait jamais été encore faite en France (alors que les Etats-Unis lui ont déjà rendu cet hommage en 1982).


Elle était connue bien évidemment pour son talent mais aussi pour sa grande beauté. Sa carrière fut très longue et sa vie très mouvementée mais elle sut voguer à travers 3 époques - l' Ancien Régime, la Révolution française et l'Empire - ce qui était assez rare à l'époque en comparaison à l'espérance de vie de ses contemporains qui avaient tendance à perdre facilement leur tête...

Le concert espagnol (1777)

Née sous Louis XV, Elisabeth fait partie d'une famille d'artistes, notamment son père Louis Vigée qui est portraitiste. C'est lui qui va l'initier à son art (à l'époque les classes d'académie sont interdites aux filles). Sa mère contribuera également à sa formation en l'accompagnant régulièrement aux expositions de peintures parisiennes, ainsi qu'aux collections privées. Elle va ainsi gagner une grande culture picturale.

Son père Louis Vigée

Sa mère Jeanne Maissin

Son frère Louis Jean Baptiste (1773)

Elle va s’entraîner chez elle - sans structure professionnelle - en peignant sa famille et ses amies ou encore en se peignant elle même. Finalement l'idée du "selfie" n'est pas du tout novateur, Mme Le Brun y a pensé bien avant !

Portrait dit "aux rubans cerise" (1782)

C'est de cette manière qu'elle va se faire connaitre, d'autant plus qu'elle a l'art de savoir "mettre à l'aise" ses modèles en conversant tranquillement avec eux pendant qu'elle les peint. Par ailleurs, en épousant Jean Baptiste Pierre Le Brun, marchand de tableaux, elle va accéder au "réseau" de son mari et à une clientèle de qualité.


Par la suite, elle va présenter sa candidature à l'Académie de St Luc (une confrérie charitable associée à la Communauté des peintres et sculpteurs de Paris) où elle sera reçue.

La Paix ramenant l'Abondance (1780)
Son immense talent va atteindre les hauteurs de Versailles et Marie Antoinette va faire d'Elisabeth sa portraitiste officielle. Jusqu'à maintenant la souveraine avait toujours été très déçue par les autres artistes. La Reine trouve Mme Le Brun sait idéaliser ses traits tout en respectant la ressemblance.

Marie Antoinette en grand habit de cour (1778)
Ce portrait de Marie Antoinette en tenue officielle a été envoyé à la mère de la Reine, l'Impératrice  d'Autriche Marie Thérèse qui s'en déclare très satisfaite : "Votre grand portrait fait mes délices".

Détail coup de coeur :)

D'après les souvenirs de Mme Le Brun, il y avait une vraie complicité entre elle deux. Les séances de pause avec Marie Antoinette était toujours un véritable plaisir car elles s’achevaient la plupart du temps en chantant des airs d'opéra.
Son succès a été complet car elle a peint le roi Louis XVI mais également produit des portraits de la famille royale. Elle se permit même une certaine liberté en peignant la Reine en tenue dit d'intérieur ce qui à l'époque "ne se faisait pas" pour une personne d'aussi haut rang (cela étant considéré comme irrespectueux). L'artiste n'en perdant pas pour autant sa clientèle.

Marie Antoinette en chemise ou en robe de gaulle

Détail coup de coeur :)


Grâce à l'intervention de la Souveraine, Mme Le Brun est reçue à l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Première femme à recevoir cet honneur, le directeur misogyne de l'Académie lui même s'était opposé à cette candidature. En effet, selon les règle en vigueur, la profession commerçante de son mari n'aurait pas dû lui permettre de prendre place parmi cette assemblée, une femme n'ayant pas de statut social autre que celui de son époux. En obtenant cet honneur  Mme Le Brun est enfin consacrée. Derrière ces propos il s'agit surtout de jalousie; Comment une femme peut elle avoir autant de talent et surpasser les hommes peintres? Mme Le Brun comme ses autres collègues peintres féminines - notamment Mme Adélaide Labille Guiard - ont fait l'objet de rumeurs : "Ce ne sont pas elles qui peignent ces œuvres qui sont obligatoirement l'oeuvre d'un homme".

L'artiste Adélaide Labille Guiard et ses élèves (1785) 

Détail coup de coeur :)

A travers le tableau ci-dessus, Adélaïde cherche à faire taire ses détracteurs et à améliorer la considération de ses contemporains sur les femmes artistes. Cet oeuvre la représente elle même en grandeur nature dans son propre atelier - preuve qu'elle est une artiste - en compagnie de ses élèves. Non seulement elle est artiste mais également professeur, un maître qui a des disciples. Elle deviendra comme Mme Le Brun une Académicienne. Adélaïde et Mme Le Brun ont été très tôt conscientes de l'importance de l'image et de son utilisation à des fins d'auto-promotion. Idéal pour se faire connaître et asseoir sa renommée, Mme Le Brun multipliera ses auto-portraits tout au long de sa carrière (plus d'une dizaine connu aujourd'hui).

A La Révolution Adélaïde restera à Paris et mettra son art au service des élites de la Révolution.


Marie Antoinette et ses enfants (1787)

Mme Lebrun, quant à elle, a mis son pinceau au service de Marie Antoinette. L'exemple de ce portrait est frappant. Il peut en effet s'assimiler à un acte de propagande et à une volonté de redorer son image en utilisant une campagne d'informations. A l'époque, comme vous le savez, la reine était très impopulaire et subissait l'affaire du "collier" qui la perdra d'ailleurs définitivement aux yeux des français (les "affaires" politiques ne datent pas que d'aujourd'hui !!).
Mais en représentant Marie Antoinette non pas en tant que Reine mais en tant que Mère, celle-ci gagne en émotion. Marie Antoinette a été critiquée dans plusieurs domaines mais jamais son caractère maternel n'a été dénigré.

Marie Thérèse Charlotte de France dite Madame Royale et son frère le Dauphin Louis Joseph Xavier François (1783)
Détail coup de coeur :)

Contrairement sa mère Marie Thérèse, la Reine de France ne voulait pas 16 enfants. Elle choisi d'en avoir peu mais de les élever bien (quelle pensée empreinte de modernité je trouve). Ici c'est aussi la dignité d'une mère qui est mise en avant avec l'image de ce berceau vide que désigne le Dauphin de France et qui fait référence à la perte de sa petite fille Sophie.
De même dans ce tableau la Reine ne porte qu'une modeste paire de boucles d’oreilles et son cou est vierge de tout collier. C'est un détail important qui montre que la Reine veut se racheter aux yeux de l'opinion et montrer qu'elle n'attache que peu d'importance aux futilités. Il ne doit rester qu'une chose: son image de mère attentionnée. Sa fille aînée Mme Royale enlace d'ailleurs son bras, preuve qu'elle aime sa mère. Le génie de Mme Le Brun est d'avoir su faire ressortir la tendresse et l'amour des yeux de Marie Antoinette.
Il semble que les séances accordées par la Reine pour ce tableau familial seront les dernières avant les tristes événements de 1789 et le départ en émigration de Mme Le Brun.

Si Mme Le Brun fut surtout connu en tant que portraitiste de la famille royale, son art fut aussi l'occasion pour elle de mettre en avant le lien maternel. Sa peinture a ainsi suivi l'évolution de la société française et a fait sienne les idées du moment sur l'éducation de Jean Jacques Rousseau développé dans son Emile.

Portrait de l'artiste avec sa fille dit "La Tendresse maternelle" (1786)


Elle a tellement su transposer cet amour maternel que lors de la présentation de ce portrait au salon de peinture de 1787, le public verra dans ce tableau une valeur exemplaire "Ainsi l'art peut servir les mœurs plus que des leçons de moralistes".

(deux de ses amies) La Marquise de Pezay et la Marquise de Rougé et leurs enfants (1787°

détail coup de coeur :)

Elle va se consacrer elle même à l'éducation de sa fille Julie, qu'elle peignera inlassablement au point de la voir grandir à travers ses toiles.

Jeanne Julie Louise Le Brun se regardant dans un miroir (1787) 
Julie Le Brun en baigneuse (1792)
A travers son oeuvre Mme Le Brun délivre un message ultra moderne pour l'époque: il est tout à fait possible de concilier vie d'artiste et rôle de mère.

De même, elle va laisser trace de l'élégance à la française.

La Baronne Henri Charles Emmanuel de Crussol Florensac (1985)
Ici Mme Le Brun fait preuve de génie en donnant plus de dynamique à sa toile en peignant son modèle de dos avec une torsion du coup et en semblant interrompre son modèle qui s’apprête à jouer. Par ailleurs, il s'agit d'une technique de Mme Le Brun. Lorsque son modèle n'est "pas très joli" ou encore a un regard "peu flatteur" elle le place en situation pour diminuer les défauts et donner plus de caractère au personnage. Pas mal comme idée en attendant photoshop !!

Brillante certes mais beaucoup trop proche de la famille royale au goût des révolutionnaires. Cette dépendance professionnelle et sociale à la Reine l'oblige à quitter la France à l'aube de la Révolution. Elle qui avait toujours désiré visiter Rome ou Vienne en tant que hauts lieux de nobles peintures ce fut là l'occasion. Elle partie en exil avec sa fille et commença une nouvelle vie en Italie.

Lady Hamilton en Sybille de Cumes (1792). Cette oeuvre constitua une carte de visite à Mme Le Brun lors de son périple européen.

Son exil dura près de 12 ans.

Mais ce ne fut pas des années noires car son talent et sa renommée lui permit d'avoir accès à une clientèle européenne, de pouvoir demander un certain tarif pour ses œuvres et ainsi lui permettre de maintenir son niveau de vie. Par exemple, à Naples, la Reine Marie Caroline, sœur de Marie Antoinette lui commande un portrait de ses enfants. Elle rencontra partout un grand succès et fut officiellement reconnue par les Académies de Rome, Bologne, Parme, Florence et Saint-Pétersbourg.

Une nouvelle mode se fait jour, les dames veulent être représentée telles des héroïnes de la mythologie ou en tenue orientale.

La Comtesse  Skavonskaia (1790)

Mme Le Brun poursuivra son périple jusqu'en Russie où elle sera présentée officiellement à Catherine II.  Elle y travaillera pour la famille impériale mais aussi pour l'aristocratie russe.

L'épouse du futur empereur Alexandre Ier (1795)
Les petites filles de Catherine II


Elisabeth Louise Vigée Le Brun reviendra à Paris en 1802 grâce à son mari qui a réussi à faire circuler une pétition signée par plus de 200 personnalités pour la faire retirer de la liste des émigrés.

J'ai tellement était passionnée par cette exposition que je suis restée plus de 3h avec mon audio guide au Grand Palais ! Bien entendu je n'ai pas résisté à m'arrêter à la boutique de l'exposition où j'ai acheté l'album de l'exposition pour l’offrir à maman qui a été la première à me parler de la belle portraitiste de Marie Antoinette et pour moi le coffret des Mémoires complets de Mme Vigée Le Brun. Il me tarde de commencer à les lire car sa vie a dû être passionnante.


Kiss